La CSMC présente les résultats d’application de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail

La Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) a diffusé les résultats de son projet de recherche sous forme

La CSMC présente les résultats d’application de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail

La Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) a diffusé les résultats de son projet de recherche sous forme d’étude de cas qui a suivi 40 organisations de différents secteurs et industries pendant trois ans tandis qu’elles appliquaient la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail (la Norme).
CSMC
Première en son genre au monde, cette norme canadienne d’application volontaire propose une série de lignes directrices, d’outils et de ressources pour aider les organisations à promouvoir la santé mentale et à prévenir les préjudices psychologiques au travail.

Les résultats du projet de recherche sous forme d’étude de cas font ressortir les pratiques prometteuses et les leçons tirées par les organisations participantes représentant 250 000 employés qui ont appliqué la Norme en 2014.

Principales constatations :

  • Parce qu’il s’agit de « la bonne chose à faire », 91 p. 100 des organisations appliquent la Norme. « Protéger la santé psychologique des employés » (84 p. 100) et « engager davantage les employés » (72 p. 100) en sont deux autres raisons.
  • En tout, 78 p. 100 ont mis en œuvre des politiques sur le respect en milieu de travail ainsi que des initiatives éducatives.
  • De plus, 70 p. 100 ont fourni une intervention précoce par l’intermédiaire de programmes et services d’aide aux employés et aux familles qui traitent de la santé mentale.
    Finalement, 66 p. 100 ont mieux sensibilisé leurs employés à l’importance de la santé mentale.
  • En moyenne, les organisations participantes ont atteint un taux de conformité de 72 p. 100 par rapport aux cinq éléments (engagement et politique, planification, mise en œuvre, évaluation et mesures correctives et examen organisationnel), ce qui représente une amélioration remarquable par rapport aux 55 p. 100 de départ.

 
Au Canada, le tiers des demandes de prestations d’invalidité et les deux tiers des coûts qui découlent de l’invalidité sont attribuables aux maladies et aux problèmes associés à la santé mentale. Un sondage récent révèle que la Norme peut contribuer à l’amélioration globale de la santé et de la sécurité psychologiques dans les milieux de travail canadiens. Par exemple, les employés aux prises avec la dépression dans les organisations qui applique la Norme s’absentent cinq jours de moins, selon le sondage.

« Aujourd’hui, on ne se contente plus de dire que la santé mentale au travail est importante, affirme Michael Wilson, président du conseil d’administration de la CSMC. Nous voyons les résultats en provenance de 40 organisations d’un bout à l’autre du pays qui se sont retroussé les manches et ont donné l’exemple. Elles ont fait une priorité de la santé mentale et du mieux-être. Leurs efforts suscitent un changement dans l’ensemble des milieux de travail au pays. Nous avons désormais un plan pour bien appliquer la toute première norme sur la santé et la sécurité psychologiques dans le monde. »

« Aucun milieu de travail n’est à l’abri des défis liés à la santé mentale, et aucun d’entre eux n’a les mains vides pour y répondre, soutient Louise Bradley, PDG de la CSMC. La Norme donne à chaque employeur l’occasion d’examiner les efforts qu’il déploie pour favoriser la santé mentale ainsi que les outils dont il a besoin pour s’améliorer. »

Faits en bref

  • Chaque année au Canada, une personne sur cinq est aux prises avec une maladie ou un problème associé à la santé mentale, ce qui entraîne un coût économique de plus de 50 milliards de dollars.
  • Chaque semaine, 500 000 personnes au Canada sont incapables de travailler en raison de maladies ou de problèmes associés à la santé mentale.
  • En 2011, les maladies et les problèmes associés à la santé mentale chez les travailleurs adultes au Canada entraînent des pertes de productivité de plus de 6 milliards de dollars, qui sont attribuables à l’absentéisme, au présentéisme ainsi qu’au roulement du personnel.
  • Au cours des 30 prochaines années, le coût total pour l’économie canadienne dépassera le cap des 2,5 mille milliards de dollars.

 
À propos de la Commission de la santé mentale du Canada

La Commission se veut un moteur du changement. Elle collabore avec des centaines de partenaires pour changer l’attitude de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale et pour améliorer les services et le soutien. Elle entend aider les personnes confrontées à un problème de santé mentale à mener une vie productive et enrichissante. Ensemble, nous suscitons le changement. La Commission de la santé mentale du Canada est financée par Santé Canada.

www.commissionsantementale.ca